Poème-cheminée, tout en alexandrins

Si mon corps est trop loin pour serrer dans mes bras
Ma gémelle chérie qui tremble et qui a froid
Mon esprit tout entier demeure à tes côtés
Et mon cœur langoureux accompagne tes pas
Pour qu’à chaque minute où tu es loin de moi
D’amoureuses pensées puissent te réchauffer.

Catégories Poèmes

← Plus anciens Plus récents →