Les mendiants de followback

Ils ont le tweet au bord des yeux
Font tourner le monde autour d’eux;
Ils suivent leur mère sur twitter
Y trouvent là tout leur bonheur
Tendant le pouce si sucé
A ceux qu’ils veulent approcher
Imaginant, dans leur paresse,
Qu’il y a quelqu’un qu’ils intéressent.

Il ne faut pas, l’adage dit,
Mordre la main qui me nourrit :
Ces oisillons trop empressés
Auront au moins su m’inspirer !

Catégories Poèmes

← Plus anciens Plus récents →