Un verre n'a qu'un pied, mais tes vers en ont douze

Par sérendipité, et circonvolution
J’eus l’heur de découvrir (et de m’en extasier)
La conclusion rimée en vers de douze pieds
De ta longue épopée, de ta présentation.

Utilisant aussi cette syllabation
Pour m’exprimer parfois sous forme versifiée
Je ne peux qu’applaudir à ce choix apprécié
Qui dénote l’esprit et l’imagination.

Je me croyais bien seul aimant ce jeu futile
Qui parvient au lecteur et le fait frissonner
D’une simple mesure, d’une règle subtile.

Ne pouvant donc souffrir un simple “lol, ok”
Cet effort si plaisant, ces quelques vers habiles,
Cette once de bonheur, méritaient un sonnet !

Catégories Poèmes

← Plus anciens Plus récents →