Capitaine au long cours, elle avait un navire
La tête relevée et toujours sur le pont
On l’entendait hurler comme un coup de canon
Faisant trembler chaque homme et redouter le pire.

Cette femme corsaire avait un homonyme
Un notable inconnu dans le venin du monde
Et rayonnant d’amour mille lieues à la ronde
Il lui faisait de l’ombre, en illustre éponyme.

La haine dans son cœur faisait de grands ravages
Elle étreignait les mers des plus violents outrages
Désirant à tout prix devenir un symbole.

Mais tout comme Apollon bannit l’obscurité
Lombre le bienséant fut toujours acclamé
Tandis que disparût la vie de cette folle.

Catégories Poèmes

Par sérendipité, et circonvolution
J’eus l’heur de découvrir (et de m’en extasier)
La conclusion rimée en vers de douze pieds
De ta longue épopée, de ta présentation.

Utilisant aussi cette syllabation
Pour m’exprimer parfois sous forme versifiée
Je ne peux qu’applaudir à ce choix apprécié
Qui dénote l’esprit et l’imagination.

Je me croyais bien seul aimant ce jeu futile
Qui parvient au lecteur et le fait frissonner
D’une simple mesure, d’une règle subtile.

Ne pouvant donc souffrir un simple “lol, ok”
Cet effort si plaisant, ces quelques vers habiles,
Cette once de bonheur, méritaient un sonnet !

Catégories Poèmes

← Plus anciens Plus récents →